Close

Auxiliaires de vie

Une bonne solution pour le maintien à domicile de la personne âgée dépendante

Lorsque les familles sont confrontées à la perte d’autonomie d’un de leurs proches, notamment lorsque ce proche est âgé, la question du maintien à domicile se pose rapidement. 

Comment garantir le bien-être et la sécurité de son proche tout en maintenant l’équilibre familial ? 

Plusieurs options s’offrent à la famille : 

  • le maintien au domicile de la personne dépendante
  • le placement au domicile d’un tiers, il peut s’agit d’un membre de la famille ou d’une famille d’accueil
  • le placement en institution

Chacune de ces options présente des avantages et des inconvénients et le choix final doit idéalement être posé à l’issue d’une concertation entre la personne en perte d’autonomie, sa famille et le travailleur social qui les accompagne.

Le maintien à domicile

Le succès d’un maintien à domicile, qu’il s’agisse de celui de la personne en perte d’autonomie ou de celui d’un des membres de sa famille, implique de s’appuyer sur des professionnels. S’il est d’usage d’avoir recours à du personnel médical comme un médecin, un kiné ou un infirmier, nous avons tendance à négliger les petits actes du quotidien qui peuvent être handicapant pour la personne en perte d’autonomie et/ou usants pour le proche aidant. Faire ses courses, son ménage ou sortir prendre l’air peut rapidement devenir très contraignant. Le simple fait de se rendre aux toilettes ou de se lever du fauteuil peut s’avérer impossible sans aide

La prise en charge de l’incontinence

Avec la perte d’autonomie et la vieillesse peuvent survenir des problèmes d’incontinence. Les causes sont multiples, mais heureusement, les solutions palliatives aussi! L’APA ou certaines mutuelles peuvent vous permettre de bénéficier d’une aide financière pour l’achat de vos protections absorbantes

Si vous cherchez des protections absorbantes pour vous ou pour un proche, Incontinence Protection peut vous guider dans le choix du type le plus adapté à la mobilité de la personne, son budget et sa réalité quotidienne. En effet, il existe toute une gamme de protections, dont les slips absorbants, couches pour adulte et protections anatomiques — chacune présentant des avantages distincts. N’hésitez pas à vous faire conseiller par nos infirmières diplômées d’état.

Sachez enfin que sur prescription de votre médecin, le passage d’une infirmière libérale peut aussi être mis en place à domicile pour vous aider à effectuer des changes réguliers. 

La fatigue de l’aidant

Le risque, c’est de faire entièrement reposer le maintien à domicile sur les épaules de l’aidant le plus proche, qu’il s’agisse d’un conjoint ou d’un enfant. En effet, la perte d’autonomie est souvent progressive et s’accompagne dans la majorité des cas d’une aide informelle et ponctuelle de la part de la famille ou d’autres proches. À mesure que la perte d’autonomie augmente, la charge de travail s’alourdit pour les aidants qui se trouvent dans l’incapacité de prendre en charge tous les besoins quotidiens. Cette charge devient d’autant plus lourde dans les cas où la personne dépendante souffre également de troubles cognitifs et nécessite une surveillance continue

L’auxiliaire de vie

Le métier de l’auxiliaire de vie consiste à accompagner les personnes dépendantes dans les gestes de la vie quotidienne lorsque ceux-ci ne peuvent plus être effectués seul. Le champ d’intervention est variable, car il dépend :

  • du degré de dépendance du patient
  • des objectifs fixés par le patient et sa famille
  • des autres professionnels et aidants qui interviennent au domicile.

Parmi les actions les plus couramment prises en charge par l’auxiliaire de vie, nous retrouvons l’aide aux déplacements (lever, coucher ou transfert au cours de la journée), l’aide à la prise de repas (il peut s’agir de préparer le repas, de mettre le couvert et même d’aider la personne dépendante à s’alimenter), l’aide à l’entretien du domicile (attention, il ne s’agit pas d’une femme de ménage) ou encore l’accompagnement dans le maintien d’une vie sociale ou d’un bien-être physique (pose d’une manucure par exemple). Ce dernier point est parfois négligé par manque de temps, pourtant, le plaisir et le soin sont des notions à prendre en compte si on souhaite améliorer la qualité de vie. Attention cependant à utiliser des produits adaptés aux besoins du patient. Retrouvez ici notre sélection de produits de soins.

Prendre contact avec une auxiliaire de vie 

Plusieurs options s’offrent à vous si vous souhaitez prendre contact avec une auxiliaire de vie.

  • L’auxiliaire de vie libérale
  • Le recours à une association ou une entreprise d’aide à domicile

En cas de difficultés, n’hésitez pas à vous rapprocher du service social compétent type Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). Des travailleurs sociaux pourront vous accompagner dans les démarches.

Financièrement, les tarifs sont variables selon si vous travaillez en direct avec une auxiliaire de vie (elle est libre de fixer ses tarifs et un paiement par chèque emploi service peut être envisagé) ou si vous passez par un intermédiaire type association ou entreprise. Dans ce cas, des aides financières de type APA sont envisageables.