Close

Qu’est-ce que la diurèse ?

La diurèse étudie nos urines. Quantité, qualité, couleur... l’urine en dit long sur notre état de santé !

L’analyse médicale de l’urine ne date pas d’hier ! Les premiers examens d’urine remonteraient aux Babyloniens soit il y a 6000 ans… Galien, l’un des pères de la médecine, affirmait que « l’aspect de l’urine reflète l’état du foie ». Et de nombreuses gravures médiévales représentent les « mireurs d’urines ». La diurèse est un peu héritière de l’uroscopie médiévale. Bien sûr, la science et la technologie permettent aujourd’hui une lecture plus performante. Mais la couleur, l’odeur et la texture de l’urine continuent à fournir aux médecins de précieuses indications sur votre état de santé. 

Définition de la diurèse 

Au sens premier, la diurèse est le volume d’urine émis en 24 heures.

Au sens médical, c’est la mesure quantitative et qualitative des urines collectées en un temps donné. Cette collecte est réalisée sur une période de 24 heures en général, mais peut également être réduite à 12 heures ou même 1 heure.

Objectif de la diurèse

L’objectif de la diurèse est d’évaluer la fonction rénale, c’est-à-dire de vérifier que le patient élimine correctement — et analyser la qualité de son urine.

L’urine est un liquide organique, sécrété par les reins, qui transporte vers l’extérieur les déchets azotés et minéraux de notre organisme comme l’urée, l’acide urique, mais aussi les résidus des médicaments. Il arrive que l’urine véhicule anormalement d’autres substances comme du sucre ou du sang… C’est l’analyse de ces différents composants qui permettront de déceler certaines affections comme le diabète.

Le médecin peut se faire une première idée de l’état de santé de son patient en observant :

La quantité d’urine

Chez une personne en bonne santé, la diurèse est d’environ 30 à 60 ml/heure, 1500 ml/24 heures.

La couleur et l’aspect

L’urine est normalement claire et de couleur jaune (de jaune paille à intense). Une urine trouble peut, par exemple, être le signe d’une infection bactérienne. De couleur rouge, l’urine peut révéler la présence de sang (hématurie).

La présence de mousse en surface des urines peut traduire, quant à elle, une protéinurie (présence de protéines, comme l’albumine).

L’odeur

Les urines, si on les laisse reposer, dégagent une odeur d’ammoniac. Cette odeur peut être modifiée par l’absorption de certains médicaments ou aliments. L’hyperglycémie peut entraîner une odeur particulière. Cette odeur fruitée (de pomme) caractérise la présence d’acétone.  

Comment procède-t-on ?

Le patient urine dans un récipient prévu à cet effet. La mesure doit commencer après la dernière miction, la première miction n’étant jamais conservée ni prise en compte. Par exemple si la diurèse s’effectue sur 24 h à partir de 9 h, le patient sera invité à uriner à 9 h. Cette première miction ne sera pas collectée. Les urines sont conservées dans un bocal gradué, qui doit être fermé hermétiquement et étiqueté au nom du patient. L’étiquetage doit se faire sur le bocal lui-même et non pas sur le couvercle, afin d’éviter toute erreur du laboratoire.

Dans le cadre d’une diurèse horaire, pour laquelle les mesures doivent être très précises, ou dans le cas d’un patient qui ne peut pas uriner spontanément, le médecin pourra procéder à une miction appareillée à l’aide d’une sonde urinaire.

À lire également