Close

Examen urodynamique

Posté le 29/11/2017 par Julie | Infirmière

Examen urodynamique

En cas de symptômes urinaires qui ont un retentissement sur la vie quotidienne, le médecin est souvent amené à pratiquer ce qu’on appelle un « examen urodynamique ». Cet ensemble d’examens investigue sur les origines des troubles pour définir le traitement adéquat.

Définition de l’examen urodynamique

Face aux troubles urinaires, notamment l’incontinence urinaire de l’adulte et du senior, un éventail d’examens bien ciblés permet de faciliter le diagnostic et de proposer un traitement. L’examen urodynamique explore la vessie et son sphincter. Il évalue notamment l’état anatomique des organes et leur fonctionnement. En effet, la miction normale repose sur l’intégrité des voies urinaires en commençant par les reins, les uretères et la vessie. Toute anomalie à chacun de ces étages entraine des perturbations sur la miction. L’examen urodynamique définit le type d’incontinence en cause et il est très utile lorsqu’une intervention chirurgicale est envisagée. Il utilise l’enregistrement des pressions, des volumes, des débits et de la charge électriques des muscles génito-urinaires incluant le périnée.

De quoi est composé l’examen urodynamique ?

Déjà, rassurez-vous, l’examen n’est pas douloureux et dure moins d’une heure. Pour commencer, le médecin vérifie à l’aide d’un examen cytobactériologique des urines ou ECBU l’absence d’une infection urinaire. Sa présence modifierait les résultats. Lorsque l’absence d’infection est confirmée, le praticien procède à un test de débitmétrie. Ce test se fait lorsque vous avez la vessie pleine. On vous demandera d’uriner dans un récipient muni d’une connexion à un ordinateur pour voir si votre miction est régulière et pour en évaluer le débit. Il permet de détecter s’il y a un volume restant dans la vessie. L’examen se poursuit par une cystomanométrie. Chez la femme, en position gynécologique, le médecin fait passer du sérum physiologique par l’urètre avec une sonde à électrodes. L’examen évalue les réactions de la vessie en temps normal et au moment d’un effort de toux. Enfin, en sortant la sonde utilisée précédemment, le médecin réalise une profilométrie urétrale. Il mesure les variations de pressions au niveau du canal urétral. Une cystographie, une échographie de la vessie, une cystoscopie et une électrophysiologie sont habituellement ajoutés à l’examen urodynamique si le médecin le juge utile.

Les précautions à prendre avant un examen urodynamique

L’examen urodynamique est loin d’être un examen banal. Sa prescription est ciblée et motivée par la survenue d’épisodes d’incontinence urinaire. Pour éviter de fausser les résultats, il est primordial de ne pas forcer lorsqu’on vous demande d’uriner, sauf si vraiment vous ressentez un obstacle à l’évacuation. Vous devez signaler toute sensation anormale au médecin. En cas d’infection urinaire, vous allez devoir reporter votre séance et suivre le traitement antibiotique. Le médecin vous demandera de vous munir de vos prescriptions médicamenteuses en cours, de prévenir le praticien si vous portez des dispositifs électriques. Même si la débitmétrie se fait à vessie pleine, il est inutile de tendre votre vessie au maximum car cela peut produire un blocage à l’évacuation. Enfin, les manipulations occasionnent parfois une irritation au niveau de la vessie. En buvant beaucoup d’eau, vous allez calmer ces sensations de brûlures.