Close

Cholinergique

Posté le 29/11/2017 par Barbara | Infirmière conseil

Cholinergique

Le système nerveux parasympathique et le système nerveux sympathique forment l'ensemble du système nerveux de l'homme. Ces deux systèmes agissent différemment sur les organes. Les différents neurones de ces systèmes transmettent 2 neurotransmetteurs ou neuromédiateurs. Ce sont la noradrénaline et l'acétylcholine. Selon le neuromédiateur libéré, les fibres nerveuses seront ensuite identifiées comme étant adrénergiques ou cholinergiques. Nous allons surtout nous concentrer sur la fibre cholinergique.

La fibre cholinergique

C'est un agent qui stimule l'action de l'acétylcholine. Le neurotransmetteur acétylcholine a un rôle très important dans le bon fonctionnement du système nerveux. L'agent cholinergique agit sur l'activité parasympathique. On peut distinguer deux types de récepteurs cholinergiques: les récepteurs nicotiniques et les récepteurs muscariniques. Les récepteurs nicotiniques permettent l'excitation des neurones. Les récepteurs muscariniques ont pour fonction la stimulation des glandes sudoripares.

Les agents cholinergiques régularisent l’activité parasympathique. Ils ont également diverses fonctions. Ces propriétés sont utilisées par exemple dans les médicaments qui luttent contre la nicotine dans le corps. Il y a également des toxines qui présentent des effets cholinergiques.

Les substances anticholinergiques modifient ou s’opposent aux actions de l’acétylcholine à l’intérieur de notre corps. Ils sont utilisés pour augmenter le rythme cardiaque, atténuer les symptômes de la maladie de Parkinson, diminuer les sécrétions de l'estomac ou d'autres glandes du corps mais sont contre-indiqués pour les femmes enceintes ou en cas d'hypertrophie de la prostate, d'insuffisance cardiaque et dans certains cas de glaucome.

En bref, l’action des anticholinergiques avec l’acétylcholine régule le bon fonctionnement du système nerveux.

De nombreuses recherches existent sur la manière dont les agents cholinergiques agissent. La compréhension des actions des médicaments dans le corps aide beaucoup les personnes âgées à identifier quels seront les effets non désirables de ces médicaments.

Les effets de l’altération des neurones chez les seniors

Chez les personnes âgées, on peut trouver une altération de la neurotransmission cholinergique centrale. On distingue par la suite les troubles cognitifs et non cognitifs relatifs à la maladie d’Alzheimer.

Ces troubles proviennent de la diminution de l’acétylcholine, ce qui entraîne des désordres cognitifs voire même un déclin cognitif. On peut alors constater une grande altération au niveau des voies cholinergiques au niveau du cortex, de l’amygdale et de l’hippocampe.

Chez les parkinsoniens, il y a une grande corrélation entre la diminution des neurones et la perte d’équilibre. La perte des neurones cholinergiques entraînent des troubles de la marche, des déficits posturaux. On peut également voir à certains moments des troubles sur les capacités intellectuelles, des atteintes sur les fonctions instrumentales et symboliques.

La relance de la neurotransmission se fait alors par l’inhibition de l’activité enzymatique de l’acétylcholinestérase qui a pour fonction de relancer l’activité cholinergique.

La compréhension de l’action des agents cholinergiques permet ainsi de comprendre les effets de l’altération des neurones impliquant les déficits posturaux, les pertes d’équilibre, des troubles cognitifs ou non cognitifs chez les seniors.

Certaines études ont montré qu’une consommation régulière de médicaments à molécules anticholinergiques augmente le déclin cognitif, les troubles de conscience, de la vision et les chutes des personnes âgées.