Close

Prévenir l’incontinence urinaire

Comment s’y prendre? 

3 millions de Français, parmi lesquels une majorité de femmes, touchés par l’incontinence urinaire. Peut-on l’éviter ?
Les femmes sont plus touchées par l'incontinence urinaire.

Les causes de l’incontinence sont diverses. Ce trouble de la miction touche toutes les tranches d’âge, de l’enfant qui fait pipi au lit, à la personne âgée privée de mobilité, en passant par la jeune maman qui vient d’accoucher. Si nous savons traiter l’incontinence et en atténuer les inconvénients, nous avons rarement le réflexe de la prévention. Pourtant, dans certains cas, prévenir l’incontinence ou en limiter l’impact est bien possible. Et puisque les causes sont différentes, les méthodes de prévention le sont aussi. 

Prévenir l’incontinence chez l’enfant

Chez l’enfant, en dehors de rares cas de dysfonctionnements physiques, la vessie, l’urètre et le plancher pelvien sont en parfait état de marche. Dans ce cas, la prévention passe avant tout par l’apprentissage et l’hygiène de vie.

Voici quelques règles à suivre :

– Évitez que l’enfant se retienne. La rétention peut entraîner l’incapacité à se relâcher suffisamment pour vider entièrement sa vessie. Répété, ce phénomène peut provoquer des infections urinaires qui fragilisent la vessie.

– Veillez à ce qu’il n’interrompe pas sa miction. Là encore, le risque est de déclencher une infection urinaire.

– Instaurez un environnement calme lorsque l’enfant est aux toilettes. Installé confortablement, il doit vider intégralement sa vessie, sans pousser, en décontractant ses muscles pelviens.

– Proposez à votre enfant d’aller faire pipi. Et n’insistez pas s’il n’en a pas envie. Cela peut générer du stress (source d’incontinence) et l’obliger à « pousser » sur son périnée.
L'incontinence urinaire peut toucher les enfants.

La prévention de l’incontinence chez l’adulte

La première chose à faire est sans doute de faire un premier diagnostic : nous arrive-t-il parfois d’avoir des fuites urinaires lors d’efforts, lorsque l’on tousse ou l’on rit ? Ces incidents sont-ils fréquents ? En cas de doute on peut procéder à un bilan urodynamique afin de vérifier le bon fonctionnement de la vessie et des sphincters.

Les femmes sont plus exposées que les hommes à ce désagrément, les raisons sont d’ordre physique et physiologique : urètre plus court, relâchement du périnée suite à l’accouchement, changements hormonaux dus à la ménopause.

Dans tous les cas, des exercices et une certaine hygiène de vie contribuent à prévenir et éviter l’incontinence urinaire :

– Musclez votre périnée ! c’est sans doute une des principales clés pour éviter les fuites. Les techniques sont nombreuses : exercices de Kegel, électrostimulation, biofeedback, etc. Vous trouverez nécessairement celle qui vous convient. N’hésitez pas, osez en parler à votre médecin. Quelques gouttes d’urine qui s’échappent, ce n’est pas normal!

– Surveillez votre poids. La surcharge pondérale est responsable de beaucoup de cas d’incontinence.

– Buvez régulièrement et suffisamment, mais évitez de boire par grosses quantités.

– Évitez le tabac qui est un facteur aggravant de l’incontinence.

– Évitez le café, l’alcool et les jus de fruits, irritants pour la vessie.

– Soignez au plus vite les éventuelles infections urinaires.

– Traitez les problèmes de toux et de constipation, deux facteurs qui exercent une pression abdominale récurrente et qui favorisent l’incontinence d’effort.

L’incontinence urinaire n’est pas une fatalité et peut être évitée en adoptant de bons réflexes. Pensez-y !

Adoptez les bons réflexes pour lutter contre l'incontinence urinaire!

À lire également :