Close

Incontinence et stress

Posté le 29/11/2017 par Julie | Infirmière

Incontinence et stress

La perte accidentelle d’urine par l’urètre est provoquée par différents facteurs, dont le stress. Cette affection, qui peut atteindre à tout âge et qui vous met dans des situations délicates, touche hommes et femmes à tous les âges.

Comment expliquer l’incontinence liée au stress ?

Une personne souffrant d’incontinence urinaire due au stress libère involontairement de l’urine à cause d’une pression sur la vessie au cours d’une activité physique. Le stress peut effectivement provoquer des symptômes physiques : mains moites, augmentation du rythme cardiaque, nœuds à l’estomac et envie pressante. D’autres activités peuvent également infliger du stress à la vessie et provoquer la libération involontaire d’urine : rires, toux, éternuements, etc… Généralement, l’incontinence urinaire intervient après un affaiblissement des muscles pelviens dus à plusieurs facteurs. La grossesse, l’accouchement par voie basse ou encore la ménopause expliquent pourquoi les femmes sont particulièrement touchées.

Diagnostic de l’incontinence due au stress

Pour établir son diagnostic, le médecin va examiner entièrement votre bassin et procéder à des analyses. Il vous fera tousser en vous tenant debout pour vérifier si vous libérez de l’urine sans vous en rendre compte. Une analyse d’urine lui permettra également de voir si l’incontinence est réellement due au stress et non à cause d’une infection des voies urinaires. Il pourra également s’appuyer de radiographies pour repérer d’éventuelles anomalies sur les voies urinaires. Si l’incontinence due au stress est confirmée, il pourra vous orienter vers les traitements adéquats.

Traitement de l’incontinence causée par le stress

Le traitement de ce type d’incontinence s’accompagne inévitablement d’un changement de mode de vie. Il vous faudra limiter les boissons et aliments pouvant aggraver l’affection : caféine, sodas, alcool, etc… Votre médecin pourra également vous prescrire des médicaments réduisant les contractions de la vessie ou traitant son hyperactivité (Atrovent, Congentin, Vesicare,…). Des traitements non chirurgicaux comme les exercices de Kegel peuvent aider les femmes à renforcer les muscles pelviens après l’accouchement. En cas d’échec de tous les traitements, le recours à la chirurgie pourrait être votre dernière option : injection de collagène, mise en place de bandelette vaginale, réparation vaginale antérieure… L’intervention à effectuer dépendra de la situation personnelle de chaque patient.

Recommandations pour mieux vivre l’incontinence

L’incontinence due au stress peut être un véritable cauchemar quotidien surtout si vous avez des obligations professionnelles. Ces quelques conseils vous permettront de limiter les risques autant que possible. Premièrement, dans les heures qui précèdent un rendez-vous, évitez de trop boire, surtout les boissons diurétiques. Allez aux toilettes au tout dernier moment pour vous rassurer. Cela vous enlèvera une bonne dose de stress. Le port de protection discrète comme les serviettes hygiéniques ou protège-slips est recommandé contre les petites fuites occasionnelles. Comme le stress est la cause de votre incontinence, il serait judicieux de combattre le mal à la source. Apprenez à gérer votre stress. Les exercices de relaxation peuvent grandement y contribuer et limiter les fuites urinaires. Prendre des cours de gymnastique douce comme le yoga et le qi gong vous permettra de contrôler votre respiration et de vous relaxer complètement.