Close

Causes et facteurs disposants à l’incontinence

Posté le 29/11/2017 par Julie | Infirmière

Causes et facteurs disposants à l’incontinence

L’incontinence urinaire met la personne dans une situation particulièrement gênante. Et pour ne pas arranger les choses, certains évènements incontrôlables du quotidien augmentent encore le risque de fuite.

Comprendre le mécanisme de l’incontinence urinaire

Pour trouver le bon traitement face à un problème d’incontinence, le médecin doit avant tout analyser les différents symptômes que présente une personne. En effet, l’incontinence urinaire peut être causée par une longue liste de maladies. Une hypertrophie de la prostate pourrait, par exemple, bloquer la voie d’écoulement de l’urine. En cas d’infections urinaires, la vessie peut être très désordonnée et évacue même si elle n’est pas pleine. Et comme le centre nerveux autonome prend en charge le contrôle de la miction, l’incontinence peut également être due à un problème neurologique.

Qui sont les plus sujets à l’incontinence ?

D’un point de vue anatomique, les femmes sont les plus sujettes à l’incontinence urinaire. Les hommes possèdent un urètre beaucoup plus long et un sphincter urétral plus fort. Le risque d’infections urinaires est aussi plus important chez les femmes. Les différentes étapes dans la vie comme la grossesse, l’accouchement et la ménopause augmentent les risques d’incontinence chez la femme. Cela n’exclut pourtant pas les hommes. Une personne diabétique par exemple est particulièrement exposée à l’incontinence urinaire. Outre les infections urinaires, l’atteinte des nerfs peut entraîner une insensibilité de la vessie et du sphincter. Pour finir, âge avancé et incontinence vont généralement de pair. La vieillesse et parfois les problèmes neurologiques entraînent des fuites de plus en plus fréquentes.

Causes et facteurs disposants à l’incontinence

L’incontinence urinaire met la personne dans une situation particulièrement gênante. Et pour ne pas arranger les choses, certains évènements incontrôlables du quotidien augmentent encore le risque de fuite.

Comprendre le mécanisme de l’incontinence urinaire

Pour trouver le bon traitement face à un problème d’incontinence, le médecin doit avant tout analyser les différents symptômes que présente une personne. En effet, l’incontinence urinaire peut être causée par une longue liste de maladies. Une hypertrophie de la prostate pourrait, par exemple, bloquer la voie d’écoulement de l’urine. En cas d’infections urinaires, la vessie peut être très désordonnée et évacue même si elle n’est pas pleine. Et comme le centre nerveux autonome prend en charge le contrôle de la miction, l’incontinence peut également être due à un problème neurologique.

Qui sont les plus sujets à l’incontinence ?

D’un point de vue anatomique, les femmes sont les plus sujettes à l’incontinence urinaire. Les hommes possèdent un urètre beaucoup plus long et un sphincter urétral plus fort. Le risque d’infections urinaires est aussi plus important chez les femmes. Les différentes étapes dans la vie comme la grossesse, l’accouchement et la ménopause augmentent les risques d’incontinence chez la femme. Cela n’exclut pourtant pas les hommes. Une personne diabétique par exemple est particulièrement exposée à l’incontinence urinaire. Outre les infections urinaires, l’atteinte des nerfs peut entraîner une insensibilité de la vessie et du sphincter. Pour finir, âge avancé et incontinence vont généralement de pair. La vieillesse et parfois les problèmes neurologiques entraînent des fuites de plus en plus fréquentes.

Quels facteurs augmentent les risques de fuites ?

Si l’on devait faire un classement des facteurs provoquant des fuites urinaires, l’anxiété se retrouverait en première position. La peur de se retrouver dans une situation délicate incite effectivement la personne à penser à essayer de ne pas uriner. Mais ce stress entraîne tout simplement une fuite par impériosité. Une miction indésirable peut également être provoquée par certaines substances telles que la nicotine, la caféine ou encore l’alcool. La prise de certains médicaments à long terme peut également entraîner une augmentation du volume urinaire ou une désensibilisation de la vessie. A la longue, les muscles du périnée et le sphincter de la vessie vont être usés au cours des pathologies comme la constipation chronique. Enfin, il arrive que la fuite soit provoquée par une simple pression sur l’abdomen ou d’un rire pour que l’inévitable se produit.

Comment réduire les fuites accidentelles ?

L’anticipation est la meilleure arme pour lutter contre les fuites indésirables. Assurez-vous de toujours bien vider votre vessie quand vous urinez, surtout avant de sortir de chez vous. N’hésitez pas à porter une serviette hygiénique de protection. Buvez beaucoup d’eau (1,5l) en journée en faisant en sorte d’en boire moins avant le coucher. Face à l’anxiété, apprenez aussi à dompter votre stress. Si ce n’est déjà fait, relisez attentivement les effets indésirables des médicaments que vous prenez. N’hésitez pas à demander à votre médecin traitant ou votre pharmacien s’il est possible de remplacer ceux qui pourraient entraîner une incontinence.

Si l’on devait faire un classement des facteurs provoquant des fuites urinaires, l’anxiété se retrouverait en première position. La peur de se retrouver dans une situation délicate incite effectivement la personne à penser à essayer de ne pas uriner. Mais ce stress entraîne tout simplement une fuite par impériosité. Une miction indésirable peut également être provoquée par certaines substances telles que la nicotine, la caféine ou encore l’alcool. La prise de certains médicaments à long terme peut également entraîner une augmentation du volume urinaire ou une désensibilisation de la vessie. A la longue, les muscles du périnée et le sphincter de la vessie vont être usés au cours des pathologies comme la constipation chronique. Enfin, il arrive que la fuite soit provoquée par une simple pression sur l’abdomen ou d’un rire pour que l’inévitable se produit.

Comment réduire les fuites accidentelles ?

L’anticipation est la meilleure arme pour lutter contre les fuites indésirables. Assurez-vous de toujours bien vider votre vessie quand vous urinez, surtout avant de sortir de chez vous. N’hésitez pas à porter une serviette hygiénique de protection. Buvez beaucoup d’eau (1,5l) en journée en faisant en sorte d’en boire moins avant le coucher. Face à l’anxiété, apprenez aussi à dompter votre stress. Si ce n’est déjà fait, relisez attentivement les effets indésirables des médicaments que vous prenez. N’hésitez pas à demander à votre médecin traitant ou votre pharmacien s’il est possible de remplacer ceux qui pourraient entraîner une incontinence.