Close

Fuites anales

Posté le 18/06/2018 par Barbara | Infirmière conseil

Les traitements efficaces!

L’incontinence anale est difficile à vivre. Elle s’accompagne souvent d’un phénomène de repli sur soi. Mais des solutions existent pour atténuer ce trouble. 
Des traitements existent pour lutter contre l'incontinence anale

Qu’est-ce que l’incontinence anale ?

L’incontinence anale est la perte incontrôlée de matières fécales. Elle peut toucher toutes les tranches d’âge, sans distinction de sexe. On considère qu’en France, près d’un million de personnes en souffrent. Mais les personnes âgées qui vivent en maison de retraite sont les plus concernées.

L’incontinence anale est-elle une maladie ?

Non. L’incontinence anale est un symptôme dont les origines peuvent être très diverses :

  • une opération chirurgicale : colectomie, hémorroïdes, fissure ou fistule anale…
  • un accouchement : le périnée peut perdre son élasticité, les nerfs qui commandent les sphincters peuvent être détériorés à cause d’une épisiotomie ou de l’usage de forceps.
  • les suites d’une radiothérapie pelvienne.

Quels sont les traitements ?

Les fuites anales sont la conséquence d’un périnée qui a perdu sa tonicité et ne joue plus son rôle de sphincter. C’est pourquoi aucun médicament n’est capable, à lui seul, de résoudre ce problème. Ils peuvent en revanche être d’une très grande utilité dans un traitement plus global. En effet, l’incontinence anale est souvent aggravée par des symptômes de diarrhée. C’est donc ce facteur que vont pouvoir traiter les médicaments.
Des traitements pour soigner les symptômes.

Il existe 4 familles de médicaments contre les fuites anales :

  • Les antidiarrhéiques  

Ils ralentissent le temps de transit intestinal. Il s’agit du lopéramide ou du chlorhydrate de dyphenolxylate.

  • Les produits absorbants

Ils ont pour fonction d’absorber l’eau des selles pour les rendre plus solides.

Ces substances sont le kaolin, la pectine et l’attapulgite.

  • Les pansements intestinaux

Eux aussi s’attachent à rendre les selles plus solides. Il s’agit du Bismuth et de l’hydroxyde d’aluminium. Deux substances qui peuvent s’avérer suffisantes pour traiter une incontinence légère.

  • Agent liant et chélateur

La chélation est une réaction chimique et physique qui va permettre d’évacuer une substance toxique du corps. La cholestyramine est utilisée dans le cas de diarrhées biliaires lorsque la fonction iléale est affectée. C’est notamment le cas des patients atteints de la maladie de Crohn.

Ces médicaments peuvent être contre-indiqués pour certains malades et ne sont pas dénués d’effets secondaires. Parlez-en à votre médecin et ne pratiquez pas d’automédication.

  • Chirurgie

En cas d’incontinence fécale sévère, la réparation chirurgicale du sphincter peut-être envisagée, tout comme la pose d’un sphincter anal artificiel.

Comment prévenir l’incontinence anale ?

Le secours d’un traitement médicamenteux ne doit pas vous faire perdre de vue le principal objectif : retrouver le bon usage de ses sphincters.

Pour cela, il existe deux bonnes pratiques essentielles :

  • Ajuster son alimentation :

Pour ralentir le transit et épaissir la consistance des selles. Pour cela, consommez des aliments constipants (riz, chocolat, carottes, banane…), des fibres qui vont retenir l’eau, de la farine d’avoine et de la compote de pomme (pour la pectine). Évitez le lactose, source d’intolérances alimentaires, mais aussi les aliments irritants comme le café, l’alcool, les jus de fruits et les épices.

  • Tonifier ses muscles pelviens

Il existe quantité de méthodes et techniques pour tonifier son périnée : exercice de Kegel, électro-stimulation, biofeedback, méthode CMP… Votre médecin et votre kinésithérapeute sauront vous conseiller et vous orienter sur la méthode adéquate.

Des solutions à considérer...

Si l’incontinence fécale provoque un embarras sérieux, elle ne doit pas pour autant vous couper de toute vie sociale. Différentes solutions comme le bouchon anal ou des protections absorbantes adaptées vous permettent d’atténuer ce trouble.
Malgré l'embarras, des solutions existent.

À lire également :