Close

Stimulation magnétique du périnée

Posté le 29/11/2017 par Julie | Infirmière

Stimulation magnétique du périnée

La magnétothérapie est une alternative de traitement sur les incontinences chez les personnes âgées. Dépourvue de douleur, elle peut se faire chez soi mais uniquement sous la direction d’un rééducateur averti.

Soigner la faiblesse du périnée

Le périnée constitue une structure musculaire sur laquelle reposent les organes de la région pelvienne : les organes génito-urinaires chez l’homme et la femme. Les fibres des sphincters des orifices naturels se joignent à cet ensemble pour assurer la continence volontaire. Un relâchement des muscles du périnée a des conséquences sur le confort quotidien. Chez les personnes âgées, cet affaiblissement peut s’expliquer par les accouchements antérieurs, les changements hormonaux, une maladie, un traumatisme… Avant de prescrire des actes chirurgicaux, les médecins conseillent souvent la rééducation à l’aide d’instruments non invasifs. La stimulation magnétique fait partie du lot de traitements disponibles.

La rééducation par magnétothérapie

Venant des Etats-Unis, la technique de stimulation par magnétisme commence à être de plus en plus considérée pour soigner les personnes âgées. En effet, contrairement aux pratiques manuelles, elle ne demande aucune préparation de la peau, ne fait intervenir aucun attouchement et peut se faire à domicile, à condition d’avoir un praticien pour surveiller le bon déroulement de la thérapie. Assise sur le fauteuil de rééducation comportant un électro-aimant, la personne reçoit des ondes électromagnétiques provenant d’un générateur extérieur. Elle peut garder ses vêtements au cours de la séance. Les ondes générées par des courants de haute tension atteignent l’innervation des muscles superficiels et profonds de la structure périnéale et provoquent des contractions. Normalement, les contractions sont ressenties mais pas douloureuses.

Les indications de la magnétothérapie

Ce mode de traitement est indiqué pour les incontinences d’effort et les urgenturies. En fait, dans la première catégorie de symptômes, la personne ne retient plus ses urines lorsqu’elle fait un effort minime comme rire, tousser ou pleurer. Ceci est dû à l’altération du sphincter urétral de la vessie. Des études ont été menées pour évaluer l’efficacité et la sécurité des champs électromagnétiques pulsés sur ce type d’incontinence. Les résultats des recherches récentes sont encourageants bien que les conclusions soient divergentes. Actuellement, la méthode est recommandée pour le traitement des incontinences modérées, et aux patientes qui ne peuvent pas utiliser de sonde. Lorsque l’urgenturie est isolée, la magnétothérapie peut apporter de bons résultats.

Une efficacité encore à évaluer sur le périnée

Les contre-indications à ce type de traitement sont notamment le port d’un stérilet en cuivre, la présence d’une prothèse de la hanche et le port d’un pace maker cardiaque. Pour optimiser les résultats, la patiente peut effectuer des exercices de Kegel. La fréquence des séances dépend de l’état clinique de la personne mais en général, il faut 6 semaines pour remarquer des résultats. Le traitement se fait à raison de 2 séances par semaine, durant chacune 20 minutes. La séance peut se faire à domicile mais toujours sous surveillance d’un kinésithérapeute. Si la rééducation par stimulation magnétique ne donne pas de résultats satisfaisants au bout de 10 séances bi-hebdomadaires, il est préférable de consulter en vue de changer de méthode thérapeutique.