Close

Incontinence urinaire : la rééducation périnéale pour en venir à bout.

Posté le 29/11/2017 par Barbara | Infirmière conseil

L’incontinence urinaire est souvent due à une faiblesse du périnée. Ce constat est encourageant puisque, comme n’importe quel autre muscle, le périnée peut être rééduqué !

Femme pensive sous un parapluie

Le périnée ou plancher pelvien est un réseau de muscles qui soutient nos organes dans l’abdomen. Tonique, il empêche les prolapsus ou descentes d’organes en faisant barrage. Son rôle ne se limite pas pour autant à cette fonction de maintien : c’est ce même périnée qui enserre l’urètre, le rectum et le vagin et va permettre, par ses contractions, l’ouverture et la fermeture de ces orifices. C’est ce rôle de sphincter qui, lorsqu’il dysfonctionne, conduit à l’incontinence.

Pourquoi et comment le périnée perd-il sa tonicité ?

Les raisons sont multiples et diffèrent selon le sexe.

Chez la femme, les principales causes sont la grossesse et l’accouchement. Pendant la grossesse, l’abdomen va subir une très forte pression. Cette pression va se porter plus particulièrement sur le plancher pelvien qui, en se contractant, empêche la descente du bébé et des organes (prolapsus). Rien d’étonnant qu’à la longue, le périnée fatigue et se distende ! L’épreuve se poursuit avec l’accouchement : le passage du bébé le distend un peu plus et peut occasionner des déchirures, à moins que l’obstétricien ait déjà pratiqué une épisiotomie. Dans tous les cas le périnée a besoin d’être rééduqué.

Chez l’homme, la cause première de l’incontinence est la chirurgie de la prostate. Ici, le mécanisme est sensiblement différent. Quand tout se passe bien, ce n’est pas une lésion du périnée qui est en cause, mais une surcharge de travail de cette même zone. La prostate joue, elle aussi, le rôle de sphincter pour la vessie. Donc une fois l’ablation pratiquée, le périnée devra remplir seul cette fonction de sphincter. S’il n’est pas préparé, il se peut que sa tonicité soit insuffisante pour y parvenir.  

N’hésitez pas à en parler à votre chirurgien si le trouble perdure. Lui seul est en mesure de vérifier qu’aucune lésion du périnée n’est à déplorer suite à l’opération.

Chez l’homme et la femme, certains facteurs peuvent engendrer une fragilisation du périnée :

  • l’obésité, qui va occasionner une trop grosse pression dans l’abdomen ;
  • la constipation chronique, qui par des efforts violents et répétés lors de la défécation, vont distendre le plancher pelvien ;
  • la pratique intensive de certains sports où les abdominaux sont très sollicités. Ces pratiques sportives contribuent à augmenter la pression abdominale.

Peut-on muscler son périnée ? Et comment ?

Hommes et femmes de tout âges faisant du sport

Oui ! Et les solutions ne manquent pas ! De la simple gymnastique que vous pouvez pratiquer n’importe où, aux dispositifs technologiquement avancés, chacun pourra trouver la méthode adaptée pour tenter d’en finir avec l’incontinence.

Les méthodes de rééducation « traditionnelles » (sans appareillage) :

Les exercices de Kegel

Il s’agit d’une série d’exercices qui consistent, en position couchée, assise puis debout, à contracter puis relâcher son périnée. L’énorme avantage de cette méthode est sa simplicité de mise en œuvre. Aucun appareil n’est nécessaire, ces exercices peuvent se pratiquer n’importe où (au bureau, devant la télévision, en voiture…).

La méthode CMP 

Cette méthode de connaissance et maîtrise du périnée est adaptée aux femmes. C’est un travail de visualisation (par le biais d’images et de comparaisons) des contractions vaginales et pelviennes.

La gymnastique hypopressive, la méthode abdo-périnéo MG et l’approche posturo-respiratoire

Basées sur le travail de la sangle abdominale et sur la respiration, le but de ces méthodes est la maîtrise et la réduction de la pression abdominale qui distend le périnée.

Les méthodes de rééducation avec courant basse tension

L’électrostimulation 

C’est une méthode qui utilise un courant électrique (indolore) qui, par le biais d’une sonde (vaginale ou anale) ou de cuissières avec patchs (système Innovo), stimule différentes zones de notre plancher pelvien afin de le muscler. Un boitier de commande permet de régler l’intensité et de choisir différents programmes d’exercices.

Le biofeedback 

Cette méthode utilise également une sonde, mais diffère de l’électrostimulation puisque c’est le patient qui provoque la contraction. Cette contraction est « captée » par la sonde, laquelle traduit son intensité et sa localisation sur un écran de contrôle.

Donc, n’attendez plus pour intégrer cette rééducation périnéale à votre hygiène de vie !

En plus de leur rôle curatif ou préventif sur l’incontinence urinaire, savez-vous que ces exercices sont très bénéfiques pour la qualité de votre vie sexuelle ?

 À lire également :