Close

Rééducation du périnée après l’accouchement

Rien n’est plus beau que de mettre un enfant au monde. Mais la naissance met votre corps à rude épreuve, et les muscles périnéaux en particulier.

Vous avez dit « périnée » ?

C’est lors de la grossesse que l’on prend généralement conscience de cet ensemble musculaire qui agit comme un « filet de soutien » pour nos organes.

Durant cette période, le périnée va être soumis à des traitements assez contradictoires. D’abord il doit se montrer tonique et résistant afin de soutenir le poids du bébé et du placenta. Puis, lorsque le terme de la grossesse approche, les hormones commandent au périnée de se relâcher afin de préparer la sortie du bébé.

Le plancher pelvien des femmes est pourvu de trois orifices : l’anus, l’urètre et le vagin. C’est par cette dernière ouverture que le bébé va devoir se frayer un chemin lors de l’accouchement. Lors de ce passage, il n’est pas rare que la zone du périnée s’abîme, soit par distension ou déchirure, soit par la pratique d’une épisiotomie.

Pourquoi rééduquer son périnée ?

Parce qu’un périnée distendu peut entraîner plusieurs problèmes :

  • la descente d’organes (ou prolapsus génital). Si le périnée ne joue plus son rôle de maintien, il arrive qu’un des organes du petit bassin (vagin, utérus, vessie ou rectum) s’affaisse dans la cavité abdominale.
  • l’incontinence urinaire. Ce relâchement musculaire a des conséquences sur le bon fonctionnement du sphincter vésical, occasionnant des pertes urinaires.
  • des troubles sexuels. Le périnée s’étend sur toute la zone génitale et joue un rôle primordial dans le mécanisme du plaisir. La distension du plancher pelvien empêche la contraction de cette zone et impacte directement les sensations.

Deux pathologies peuvent également survenir : l’hypotonie périnéale et l’hypertonie périnéale. 

  • L’hypotonie est une impression de béance vaginale qui entraîne une quasi-absence de sensations lors de la pénétration.
  • L’hypertonie, quant à elle, se traduit par une contraction excessive du vagin qui rend le rapport sexuel inconfortable, voire douloureux.

Quelles sont les méthodes de rééducation du périnée ? 

Afin d’éviter ces désagréments, des séances de rééducation périnéale peuvent être prescrites après l’accouchement. Ces soins sont intégralement remboursés pendant la période post-partum et jusqu’à 6 mois après l’accouchement. La rééducation périnéale peut être dispensée par un kinésithérapeute ou par une sage-femme. L’approche est à la fois musculaire et comportementale. Il s’agit bien sûr de redonner au muscle toute sa tonicité, sa capacité de contraction et de relâchement, mais aussi de travailler sur la capacité psychique du patient à utiliser ce muscle à bon escient.

Lors de votre premier rendez-vous, le praticien dresse un bilan de l’état de votre périnée pour vous proposer un programme de rééducation adapté :

  • l’électrostimulation. Une sonde est introduite dans le vagin et produit des petites décharges électriques (indolores) afin de stimuler les nerfs. Ces stimulations, à leur tour, provoquent des contractions dans les différentes parties de la zone vaginale et périnéale. L’objectif est d’aider la patiente à localiser précisément les zones qu’elle aura à contracter par la suite sans recours au stimuli électrique.
    L’électrostimulation peut également être pratiquée grâce à des cuissières munies d’électrodes. Cette solution peut apparaître moins invasive pour les femmes et convient aussi aux hommes !
  • le biofeedback. Là encore, il s’agit d’une sonde. Mais à la différence de l’électrostimulation périnéale, cette sonde enregistre les contractions de la jeune maman. Celle-ci participe activement en contractant par elle-même son périnée en fonction des indications fournies par un écran de contrôle. En un mot, elle réapprend à « piloter » son périnée.
  • la méthode CMP (Contrôle et Maîtrise du Périnée). Cette méthode mise au point par une sage-femme, Dominique Trinh Dinh, ne fait appel à aucune sonde ou appareillage. Le praticien se sert de ses doigts pour juger de la qualité des contractions. L’originalité de cette méthode c’est que la patiente est invitée à travailler sur une projection mentale de son anatomie. Ainsi le vagin devient grotte, les contractions deviennent des vagues ou des grilles qui se ferment. Ce travail sur la motricité et les sensations conduit à une réappropriation de son corps assez proche des principes du yoga.

Ces méthodes sont complémentaires. Elles sont généralement choisies par votre praticien en fonction de votre pathologie. Il est également important que vous lui indiquiez avec quelle méthode vous vous sentez le plus à l’aise. Ces différents exercices peuvent être pratiqués chez soi, en autotraitement. Dans ce cas, votre médecin peut vous prescrire un appareil d’électrostimulation périnéale, partiellement ou totalement remboursé par la sécurité sociale.

En savoir plus sur le remboursement par la sécurité sociale.

Quand débuter la rééducation ?

Il faut en général attendre 6 à 8 semaines après l’accouchement. C’est le gynécologue qui donne son feu vert. Il est fortement conseillé de réaliser la rééducation du périnée dans les mois qui suivent l’accouchement, mais elle reste efficace même au bout de plusieurs années. 

Pensez à poursuivre régulièrement la tonification du périnée pour éviter qu’avec le temps de nouveaux signes de relâchement apparaissent. Si l’électrostimulation vous fait peur, optez pour des dispositifs manuels comme les cônes vaginaux en silicone ou les Kegel Balls.   

À lire également :