Close

Que faire pour éviter les rougeurs causées par les couches d’incontinence en été quand il fait très chaud ?

Que faire pour éviter les rougeurs causées par les couches d’incontinence en été quand il fait très chaud ?

La période estivale n’est pas de tout repos pour ceux qui doivent porter des protections. Rougeurs, douleurs, suintements des parties intimes sont à craindre. Pour se prémunir de ces désagréments, quelques précautions sont à prendre.

Une toilette minutieuse

On ne le redira jamais assez, mais le port de couches d’incontinence n’exempte pas d’un nettoyage fréquent des parties intimes. Les couches ont beau être absorbantes, elles laissent des relents d’urines, de l’ammoniaque qui va s’attaquer à la peau, et une colonisation microbienne. En entretenant la macération, elles peuvent causer une fragilité de la peau. Il vaut donc prévenir plutôt que guérir et les rougeurs font déjà partie des premiers signes d’alarme d’une infection. Une toilette à l’eau et au savon doux protège mieux l’épiderme. Etablissez la fréquence en fonction de l’abondance des fuites, mais une toilette biquotidienne reste le minimum recommandé. Quant au recours aux lingettes nettoyantes, il doit rester exceptionnel.

Un séchage soigneux

Après chaque lavage, il est essentiel de ne pas laisser l’humidité dans la nouvelle couche. En effet, la chaleur va décupler cette humidité et fragiliser la peau. Un milieu constamment humide est une porte ouverte aux moisissures et donc à la prolifération de mycoses. Et comme qui dit « mycose » dit « irritations, rougeurs et douleurs », la prévention est de mise. Une fois que la zone a été rafraichie, laissez-la quelque temps à l’air libre ou utilisez un tampon de coton pour absorber l’excès de liquide. Tout comme avec le nettoyage, procédez toujours de l’avant vers l’arrière, c’est-à-dire de la zone pubienne vers l’anus.

Des changes à une fréquence correcte

Les personnes qui ont une incontinence, que ce soit urinaire ou fécale, se verront porter des couches jusqu’au rétablissement. Certaines personnes le feront même à vie. Force est de constater que les protections ont un prix non négligeable. Toutefois, il vaut mieux ne pas lésiner sur leur coût et acheter les bonnes marques pour ne pas avoir de problèmes de fuites. Des couches bien adaptées à la taille et la morphologie vaudront toujours mieux que des piètres protections qui laissent fuir par moments. Un change toutes les 4 heures est recommandé pour éviter que la zone intime ne souffre de l’humidité et de la chaleur.

Une hydratation adéquate

Enfin, ceux qui portent des protections contre l’incontinence doivent toujours se rappeler que l’humidité ne signifie pas hydratation. Bien hydrater sa peau consiste à nourrir les cellules de l’épiderme sans lequel celui-ci sera sec, cassant et facilement égratigné. L’hydratation se fait au moyen de corps gras qu’on trouve dans les crèmes spécifiques (crèmes apaisantes ou hydratantes) ou dans les huiles végétales (huiles d’amande, de jojoba ou de coco par exemple). L’hydratation est une étape importante qui suit le séchage. Appliquez une mince couche de crème sur une peau bien sèche avant de fermer la couche propre. Avec ces quelques mesures simples, vous vous épargnerez des douleurs et des irritations, et vous vaquerez à vos occupations estivales en toute sérénité.