Close

Vivre et travailler avec des couches contre les fuites urinaires

Vivre et travailler avec des couches contre les fuites urinaires

Porter des couches est perçu comme dégradant dans le monde des adultes. Et pourtant, beaucoup de personnes le font et réussissent à concilier incontinence et vie quotidienne. Comment gérer le port de protections contre les fuites urinaires.

Une utilisation des couches courante en cas de fuites urinaires

Avec 3 millions et plus de personnes souffrant d’incontinence urinaire, on voit augmenter la fréquence d’utilisation des protections individuelles. Les couches adultes, comme on appelle pour faire la différence avec celles des bébés, sont disponibles dans tous les magasins de grande distribution. On n’hésite plus à acheter un paquet pour son usage personnel et l’entourage ne s’offusque plus. Autant dire, l’usage des couches adultes a commencé à faire partie des normes de la société active. Les femmes sont les plus concernées car leurs soucis urinaires se manifestent souvent à un moment de leur vie active. En fait, les incontinences urinaires de la gente féminine sont très souvent des urgenturies expliquées par une infection du bas appareil urinaire. Et pour garder la possibilité de continuer à travailler, beaucoup n’hésitent pas à se munir de protections adéquates. Chez les hommes, l’utilisation des couches pendant le travail reste plus rare, leurs problèmes urinaires se manifestant plus vers le crépuscule de leur vie.

Vivre avec une incontinence urinaire

Si la présence d’une grande variété de couches adultes sur les étals des supermarchés traduit le besoin de la population de masquer des problèmes urinaires, leur utilisation n’est toutefois pas exempte d’une certaine gêne. L’incontinence urinaire reste un sujet qu’on n’étale pas. Mais même si la maladie reste taboue, tout le monde peut continuer à vivre correctement. D’ailleurs, les protections permettent la poursuite des voyages que ce soit en avion, en voiture ou en train. Il y a seulement quelques ajustements à prévoir. Par exemple, il est recommandé d’uriner avant le départ, d’insérer sa protection et de se changer immédiatement à l’arrivée dès que cela est possible. De même, on peut pratiquer un sport à condition qu’il n’implique ni saut, ni contact physique, ni pression sur la vessie. L’hygiène intime doit être soigneuse avec une toilette à chaque changement de couche.

Porter des couches de jour comme de nuit

Au travail, le port de couches peut rester discret, d’autant plus que les modèles fins et absorbants sont très nombreux. On n’a donc pas à rater les pauses café du travail au risque de donner l’alarme sur le problème urinaire. Il faudra juste remplacer ces boissons excitantes par de l’eau, le meilleur remède pour la vessie. Les protections sont impérativement à être remplacées toutes les 4 heures quelle que soit sa capacité d’absorption. Dans la plupart des horaires classiques, il est possible de se changer discrètement durant la pause déjeuner. Les sorties en soirée demeurent également possibles mais gare aux excès de boissons. La seule précaution à prendre serait de bien choisir sa couche en fonction du type d’incontinence pour ne pas avoir à la remplacer trop souvent. La nuit, si les fuites sont abondantes, une protection anatomique et des alèses feront l’affaire pour protéger la literie.