Close

Homéopathie contre incontinence urinaire

Homéopathie contre incontinence urinaire

L’homéopathie est utilisée pour soulager les symptômes d’incontinence urinaire. Efficace sans qu’on ne comprenne pas totalement comment elle fonctionne, elle réduit les symptômes en fonction des profils que seul le thérapeute peut bien évaluer.

Mode d’action de l’homéopathie contre l’incontinence urinaire

L’homéopathie est une pratique thérapeutique vieille de plus de 150 ans qui privilégie l’utilisation de substances naturelles. Peu reconnue par la communauté scientifique, elle est en fait fondée sur le principe de la capacité du corps à guérir naturellement. Les remèdes homéopathiques sont des produits qui stimulent ce processus de régénération du corps. Un homéopathe va essayer de trouver les symptômes et leurs caractéristiques car le traitement est totalement individuel. L’homéopathie peut être bénéfique à la personne qui souffre d’inconfort urinaire mais la prescription dépendra de beaucoup de facteurs comme les horaires de survenue des troubles ou encore la constitution physique de la personne. Les remèdes prescrits sont des substances hautement diluées dans l’eau ou dans de l’alcool. Les plus fortes dilutions font les médicaments les plus efficaces.

La prescription courante de l’homéopathie sur les troubles urinaires

L’effet de ces remèdes sur l’incontinence urinaire est donc différent selon les individus. Vu qu’ici, le thérapeute soigne le malade et non la maladie, il est important de donner le plus de détails au cours de la consultation. L’homéopathe établit généralement un profil homéopathique lorsqu’on vient pour des troubles urinaires. En général, il prescrit Causticum en cas d’atonie de la vessie, d’impossibilité de contracter volontairement la vessie ou de mictions involontaires sans envies préalables. Si la personne sent un blocage au moment d’uriner, la prescription variera entre 5, 7 et 9CH à raison de 5 granules le matin et le soir. Dans des cas où la vessie est complètement paralysée, il administrera une plus forte dilution comme 15 ou 30 CH.

Un profil de prescription étendu

Le profil homéopathique est établi non seulement en fonction des symptômes urinaires mais tient compte d’autres manifestations comme une intolérance au lactose, la sècheresse de la peau, la constipation et les troubles respiratoires associés. Le thérapeute peut alors prescrire Sepia 5CH à raison de 5 granules matin et soir avec une dose hebdomadaire plus diluée. En cas de brûlures à la miction accompagnée d’une frustration, la personne se verra prescrire Staphysagria 15CH à raison d’une dose hebdomadaire pendant 4 semaines. Ces informations sont déclinées à titre informatif car il est préférable de ne pas faire d’automédication. En effet, la présence de signes comme la fièvre ou le saignement urinaire doivent conduire à une consultation auprès d’un urologue.

D’autres remèdes complémentaires

Les personnes qui ont des troubles du sommeil en lien avec des fuites urinaires se voient prescrire Belladona à 9 CH. Celles qui ont une urine concentrée et fortement nauséabonde reçoivent une prescription contenant Benzoicum 9 CH. D’autres compositions comme Aloe scrotina sont destinés aux hommes. Chez les enfants, une énurésie nocturne est souvent soulagée par Sepia 9CH à raison de 3 granules à donner 3 fois dans la journée. Les possibilités de prescription sont nombreuses avec des remèdes comme Ferrum metallicum, Argenticum nitricum ou Arnica montana, mais la recommandation doit rester à l’homéopathe.