Close

Incontinence anale

Incontinence anale

Emettre involontairement des selles est une situation qui suscite la honte et pourtant, sa probabilité de survenue augmente avec l’âge. Les raisons derrière cette symptomatologie sont multiples et différents chez les hommes et les femmes.

L’incontinence anale est un problème courant

Après l’âge de 40 ans, chez l’homme comme chez la femme, les symptômes d’incontinence fécale sont prévisibles. En fait, la fréquence augmente avec l’âge, l’immobilité et la maladie. On en parle peu par pudeur, mais au moins 15% des adultes présentent ce symptôme. Souvent, les familles décident d’une intégration d’une personne âgée en institution lorsqu’elles sont confrontées à ce genre de plainte. La prise en charge de l’incontinence anale dépend à la fois de la cause et de la gravité de l’atteinte.

Qu’est-ce qui cause l’incontinence anale ?

Pour comprendre l’incapacité de retenir un besoin d’évacuer des selles, il suffit d’avoir une idée de l’anatomie et du fonctionnement de cette partie du tube digestif. Deux types de syndromes sont considérés dans l’incontinence. Dans le premier cas de figure appelé « urgence fécale », la personne sent le besoin d’aller aux toilettes et de se soulager mais n’a pas le contrôle. Dans le second cas, il y a l’incontinence passive qui est dépourvue du besoin d’évacuer. En fait, le canal anal comporte deux groupements musculaires d’innervations différentes. Le sphincter interne fonctionne passivement tandis que le sphincter externe est contrôlé volontairement. Lorsque l’un de ces sphincters ou les tissus voisins sont abîmés, il se produit une incontinence anale.

Comment trouver les causes de l’incontinence anale ?

Selon la physiopathologie, l’incontinence anale peut donc avoir de nombreux facteurs déclenchants. Au niveau du rectum, tout trouble du transit comme une diarrhée peut entrainer la survenue de ces symptômes. Parfois, les selles deviennent plus liquides à cause d’une maladie inflammatoire intestinale ou la prise de laxatifs. Il arrive que le volume des selles soit trop grand pour que la personne arrive à se retenir. Au niveau du canal de l’anus, l’incontinence provient d’une lésion anale, d’une lésion des muscles, ou d’un relâchement du périnée. L’utilisation d’instruments pendant l’accouchement peut aussi fragiliser cette zone. La chirurgie sur les hémorroïdes ou un cancer anal diminue la sensibilité de l’anus et peut provoquer des fuites. Au niveau neurologique, qui est en cause d’incontinence chez 50% des cas, on peut citer la neuropathie du diabétique, la sclérose en plaque, la démence…

Prise en charge de l’incontinence anale chez les personnes âgées

En somme, l’incontinence survient en cas d’atteinte de ces trois niveaux. Le médecin procède à un examen général et un examen anorectal pour déterminer la cause du problème. Une évaluation des fonctions cognitives est aussi effectuée si cela s’avère nécessaire. Le médecin s’informera sur le mode de vie et demandera des examens d’imagerie en plus : échographie endo-anale, sigmoidoscopie. Il mettra en route le traitement qui convient à l’étiologie en tenant compte de la sévérité de la situation. Les traitements uniquement médicamenteux réduisent l’impact de l’incontinence. La rééducation périnéale a aussi fait ses preuves. Quant aux traitements chirurgicaux comme la réparation sphinctérienne, ils permettent d’excellents résultats. Dans tous les cas, l’accompagnement par un diététicien est indispensable.