Close

Tampon contre incontinence urinaire

Tampon contre incontinence urinaire

L’incontinence urinaire ne concerne pas seulement les seniors. Dans l’attente d’un traitement plus approprié sur l’incontinence d’effort, les tampons vaginaux sont des solutions indéniablement accessibles pour le support périnéal et surtout… la discrétion.

Les fuites d’urine : la question taboue

Pour une femme, souffrir de fuites urinaires involontaires reste un sujet difficile à aborder car ce symptôme a toujours été assimilé à l’âge. En effet, avec les tribulations hormonales propres à la ménopause, les muscles qui soutiennent les organes pelviens deviennent plus lâches. Les organes génito-urinaires perdent de leur vitalité. La personne est alors exposée à l’incontinence urinaire d’effort, une symptomatologie qui peut atteindre toutes les femmes, ayant accouché ou non. Par ailleurs, plusieurs maladies peuvent causer des fuites d’urines, qu’elles soient d’origine vésicales, générales ou neurologiques. Avec une incontinence d’effort, on ne peut plus rire ni tousser sans que des gouttes d’urine ne coulent.

Les tampons intra-vaginaux

Lorsque la fuite est chronique, elle peut facilement perturber la vie de tous les jours. Pour pouvoir sortir en toute tranquillité, l’utilisation d’un tampon est recommandée. Et dans cette catégorie de protection, la liste est assez fournie. Par exemple, le pessaire IncoStress figure parmi les dispositifs intra-vaginaux agissant sur l’incontinence urinaire d’effort. En juin 2016, un tampon intra-vaginal nommé Diveen a aussi été commercialisé par les laboratoires B. Braun. Ce tampon se présente sous forme d’anneau conçu dans un matériau hypoallergénique. Son bout rigide facilite l’insertion. Ces petits appareils repositionnent la vessie et renforcent l’action des muscles du pelvis tout en pressant l’urètre pour le boucher. C’est cette contribution à la fermeture du sphincter urétral qui garantit la continence.

Le fonctionnement des tampons contre l’incontinence

Déjà, il faut souligner que les dispositifs intra-vaginaux ne sont efficaces que sur les incontinences d’effort. Ils servent à aider le périnée à supporter la pression dans la vessie en le fermant. Leur action repose complètement sur un jeu de forces. Ces tampons peuvent donc être utiles aux personnes qui pratiquent un sport présentant un risque d’incontinence : course, levage, sauts. En effet, leur présence amortit les forces appliquées par la vessie remplie. De plus, la rigidité de leur extrémité met l’urètre face à un plan dur qui le ferme automatiquement. Bien sûr, en première intention, le thérapeute prescrit toujours une rééducation du périnée. Si cette option s’avère inefficace et qu’un traitement chirurgical s’impose, on peut recourir aux tampons en attente de l’opération.

Comment utiliser un tampon en cas d’incontinence urinaire ?

Les tampons pour l’incontinence s’utilisent de la même façon qu’un tampon pour les règles. La différence, c’est que ces dispositifs sont faits dans un matériau flexible et non absorbant. D’ailleurs, le tampon est vendu avec un applicateur facilitant l’insertion dans le vagin. Il suffit de pincer l’anneau et appuyer sur le dispositif pour qu’il prenne bien place puis d’enlever l’applicateur. Un cordon en facilitera l’extraction. Pour celles qui se soucient de la taille de l’engin, les fabricants ont prévu des tailles différentes. Le tampon ne gêne pas la miction mais il vaut mieux ne pas le garder plus de 24 heures de suite.