Close

Incontinence à 15 ans

Incontinence à 15 ans

Si l’incontinence concerne normalement les enfants de moins de 5 ans et les personnes âgées, cela ne signifie pas que les adolescents en sont complètement épargnés. Pour diverses raisons, un jeune de 15 ans peut effectivement souffrir d’incontinence urinaire mais la situation n’est pas fatale.

Une adolescence difficile

L’énurésie ici désigne la perte incontrôlée d’urine par un adolescent durant son sommeil, un problème très difficile à vivre au quotidien. Ses camarades y voient effectivement un point à exploiter pour les moqueries et les remarques désobligeantes. Pour se protéger, l’adolescent a donc tendance à s’isoler et à éviter les voyages en groupe (colonies de vacances, voyages d’études…). Contrairement à la croyance populaire, ce phénomène n’est pas du tout rarissime. Il touche environ 3% des adolescents entre 12 et 15 ans. Si la personne concernée n’a jamais réussi à passer une nuit sans mouiller les draps, on parle d’énurésie primaire. Elle est secondaire si l’adolescent a déjà connu une période de propreté, avant de faire une « rechute ».

Quelles sont les causes de l’énurésie ?

Qu’il s’agisse d’une énurésie primaire ou secondaire, aucune explication unique ne permet d’expliquer ce symptôme. Comme il est difficile pour la personne de se retenir, les médecins font plutôt référence à une immaturité de certaines fonctions mictionnelles et urinaires. Certains mettent en cause des troubles du sommeil. L’enfant dormirait alors trop profondément, au point de ne plus contrôler sa miction. Pour d’autres scientifiques, le problème serait plutôt d’ordre psychologique, en faisant un rapprochement avec le développement affectif de l’enfant. Certains psychologues pensent également que l’énurésie traduit la peur de grandir chez un adolescent.

Incontinence à 15 ans : Doit-on s’inquiéter ?

Comme énoncé plus tôt, l’énurésie n’est pas un phénomène rare, même entre 12 et 15 ans. Honteux, certes, mais son caractère bénin fait qu’il est généralement négligé par les médecins. Inutile donc de s’alarmer outre mesure si l’ado ne présente pas d’autres symptômes plus inquiétants. Les parents jouent toutefois un rôle majeur dans la recherche d’une solution. Ils doivent avant tout montrer un intérêt pour le souci sans accabler l’adolescent qui n’a effectivement aucun contrôle sur le problème. Son seul espoir est de pouvoir rester propre toute la nuit comme tout le monde. Soyez donc à l’écoute, ne l’enfoncez surtout pas et aidez votre enfant à exprimer ses soucis et ses angoisses. Cela pourrait résoudre le problème ou au moins l’aider à faire face à la situation.

Des traitements contre l’énurésie ?

Si l’énurésie continue de plomber l’adolescence de votre enfant, n’hésitez surtout pas à consulter un médecin. Différents traitements efficaces sont à disposition comme la desmopressine qui est prescrite pour reproduire l’action de l’hormone antidiurétique ADH. Cette dernière réduit le volume urinaire pendant la nuit. Une thérapie comportementale peut également être envisagée en plus d’un effort de la part de l’adolescent. En effet, un changement de mode de vie sera nécessaire : éviter de boire de l’eau en soirée, programmer des alarmes sonores la nuit pour le réveiller à des heures déterminées afin qu’il puisse soulager sa vessie… aux toilettes.