Close

Incontinence et périnée : les risques de fuites urinaires

Incontinence et périnée : les risques de fuites urinaires

Les femmes sont plus exposées aux fuites urinaires pour deux raisons principales : leur urètre est plus court et le plancher que consitutue leur périnée est fragilisé par la présence d'orifices naturels, plus spécifiquement le vagin, qui laisse un passage possible. En temps normal, le périnée est suffisamment serré pour empêcher les fuites. Mais il peut être fragilisé dans certaines circontances que nous allons voir dans ce dossier.

Incontinence urinaire et sport de haut niveau

Près d'un tiers des grandes sportives ont des fuites urinaires. L'explication est simple : lors d'une action sportive, on sollicite souvent les muscles abdominaux qui exercent une importante pression sur le périnée. lors d'une pratique sportive intensive, cette pression répétée peut-être responsable d'un relachement du plancher pelvien et des sphincters. Les sports les plus à risques sont ceux ou il y a des sauts et ou l'effort s'exerce avec la respiration bloquée qui entraînent de fortes poussées abdominales : athlétisme, la gymnastique, le basketball, le volleyball, le fitness...

Une solution à ce problème est d'expirer à fond pendant l'effort sans inspiration préalable. Il faut également apprendre à contracter son périnée, par des séances de kiné par exemple mais également lors des cours de sport.

Incontinence urinaire et grossesse

La maternité (grossesse et accouchement) est le premier facteur de risques de fuites urinaires chez la femme. Au cours de la grossesse, l'utérus grossit d'un kilo. S'y ajoute le poids du bébé, celui du placenta et du liquide amniotique. Tout cela pèse très lourd sur le périnée. Cela peut être fortement amplifié par une prise de poids importante au cours de la grossesse car cela ajoute une pression supplémentaire sur le périnée. Au cours du troisième trimestre, environ 1 femme sur 2 est concernée par des fuites, souvent légères. Certains facteurs prédisposent à ces fuites : une fragilité constitutionnelle du périnée, avoir eu d'autres enfants, avoir déjà eu des fuites urinaires dans le passé...

A la suite de la grossesse intervient l'accouchement qui contribue fortement à la fragilisation des muscles du périnée. Le passage du bébé distend les muscles et les nerfs du périnée, il peut y avoir des déchirures. Certains périnées retrouvent avec difficulté leur élasticité antérieure. Une rééducation postnatale est recommandée après tout accouchement et remboursée à hauteur de 65%.

La rééducation périnéale comprends à la fois des exercices pour le périnée et le ventre. Cette rééducation peut-être entreprise auprès d'une sage femme ou d'un kinésithérapeute. Une solution intéresseante est également l'électrostimulation périnéale, notamment grâce aux produits Keat et Keat Pro disponibles dans la boutique.

Incontinence urinaire et Ménopause

La ménopause est une autre période critique pour le périnée. avec l'age, les muscles se relâchent et le périnée n'échappe pas à la regle. De plus, le périnée est dépendant des oestrogènes. Or, à la ménopause, les ovaires cessent d'en produire. Cette carence en hormones contribue à une perte de tonicité et de souplesse du perinée.

Incontinence masculine et périnée

Si l'homme a lui aussi un périnée, il est moins concerné par les risques de lésion. Son anatomoie le protège des fuites d'urine. Son urètre est plus long et les muscles de son périnée, puissants et solides, ne sont pas éprouvés par la paternité. Pourant, après une chirurgie de la prostate, un ceratain nombre d'hommes peut avoir, de facon transitoire, des fuites urinaires. De manière générale, il s'agit plus d'un problème de sphincters urinaires que de périnée. Cette sequelle d'intervention relève d'une rééducation avec un kinésithérapeute spécialisé pour renforcer la musculature de soutien pelvien et, si besoin, le sphincter.