Close

Perdre du poids pour réduire l’incontinence

Perdre du poids pour réduire l’incontinence

L’incontinence touche particulièrement les personnes en surpoids. Il n’est donc pas rare que les médecins leur recommandent de perdre du poids pour limiter les fuites gênantes. Mais quel rapport entre l’incontinence et le poids ? Que pourrait-on faire pour réduire l’incontinence ?

Fuites urinaires et surpoids, quel lien ?

A première vue, il est plutôt inhabituel de faire le rapprochement entre le poids d’un patient et ses troubles urinaires. Pour comprendre, il suffit pourtant de prendre en compte l’anatomie d’une personne. La vessie, réservoir servant à stocker l’urine, se trouve juste en dessous de l’abdomen. Une personne en surpoids ou souffrant d’obésité aura très probablement du ventre. La masse de graisse en trop exercera donc une pression abdominale assez importante sur la vessie. Le sphincter de l’urètre devra donc travailler beaucoup plus pour retenir l’urine stockée. A la longue, ce muscle se fatiguera et ne pourra plus assurer son rôle. La femme est beaucoup plus exposée à ce type d’incontinence car son urètre est beaucoup plus court (4 cm environ contre 20 cm chez l’homme). Il est à préciser que si le surpoids n’est pas forcément la cause première de l’incontinence, il est assurément un facteur aggravant.

Comment faire pour perdre du poids ?

A cette question, on pourrait trouver des milliers de réponses. Toutefois, la base sera toujours la volonté du patient. La gêne occasionnée par les fuites urinaires est-elle une motivation suffisante ? Perdre du poids s’apparentera effectivement à un vrai parcours du combattant donc, il faudra avoir les nerfs solides. Le surpoids (ou l’obésité) est généralement le résultat d’une alimentation déséquilibrée. La première étape sera donc de consulter un nutritionniste. Celui-ci saura vous concocter un régime alimentaire adapté qui vous permettra de perdre lentement mais surement vos kilos superflus. Passer du jour au lendemain à un régime draconien n’est pas conseillé. Le manque d’activités physiques favorise également le surpoids. Il vous faudra donc essayer d’en pratiquer. Si possible, il est préférable de se faire coacher par un professionnel. Sinon, au quotidien, vous pouvez déjà prendre quelques bonnes habitudes : faire une petite marche, prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur, jouer dehors avec vos enfants plutôt que vous affaler sur le canapé et regarder la télé…

Faites d’une pierre deux coups

Comme le surpoids obligera le sphincter de l’urètre à travailler plus, il serait donc judicieux de le fortifier. Au quotidien, vous pouvez réaliser quelques exercices de renforcement du périnée. En position debout, tendez et écartez légèrement vos jambes. Faites une série de petites contractions au niveau de l’entre-jambe. Cet exercice pratique et très discret peut se faire partout. Si vous passez beaucoup de temps assis au bureau, profitez-en pour faire l’exercice suivant. Mettez vos mains sur vos cuisses. Relevez légèrement vos genoux. Contractez votre périnée par série de 10 secondes. Entre chaque série, prenez une petite pause. Certains exercices, notamment ceux du Dr Kegel, sont à effectuer en position couchée et à vessie vide. Vous pourrez donc les faire la nuit avant de vous endormir.