Close

L’incontinence après une opération d’hernie discale

L’incontinence après une opération d’hernie discale

Incontinence après opération chirurgicale

L’incontinence après une opération d’hernie discale

A la suite d’une opération de hernie discale, la majorité des opérés retrouve la capacité d’uriner sans problème. Toutefois, une diminution de la contractilité de la vessie peut apparaitre en séquelle avec des troubles de la continence, justifiant un examen urodynamique régulier.

Définissons la hernie discale

En se penchant un peu sur l’anatomie des nerfs du dos, on se rend compte que les racines nerveuses situées sous la deuxième vertèbre lombaire vont innerver les organes du bassin, notamment les organes génitaux et urinaires. Ceci explique le fait que la protrusion d’un disque intervertébral à ce niveau va entrainer des symptômes urinaires. Lorsque les nerfs sont touchés, le fonctionnement de la vessie est aussi concerné. Il y a alors une hyperactivité vésicale entrainant une difficulté à se retenir. On ressent des besoins impérieux, urgents, qui surviennent même si la vessie n’est pas tout à fait pleine. Pour calmer les symptômes urinaires, une chirurgie peut être le recours le plus radical.

L’opération de l’hernie discale en elle-même

La chirurgie de la hernie discale a pour but d’enlever la partie du disque sortie de son contenant normal. Elle se fait sous anesthésie générale mais actuellement, beaucoup de cliniques la pratiquent en ambulatoire. Des examens pré-anesthésiques contribuent à détecter d’éventuelles contrindications. Quant à l’opération, elle est faite avec des clichés de radiographie à l’appui, ce qui permet de localiser la vertèbre concernée. Le chirurgien ôte la partie qui dépasse au cours de l’intervention qui dure moins d’une heure. Comme les fibres nerveuses peuvent être touchées au cours de la manipulation, cela peut avoir un impact négatif sur les autres organes innervés par la même racine, dont la vessie.

Les suites opératoires normales

Comme toute chirurgie, l’opération de hernie discale peut être inquiétante. Durant l’opération, il arrive aussi que des fragments du disque migrent et entrainent une irritation des fibres nerveuses. Toutefois, si vous êtes entre les mains d’un chirurgien avéré, il n’y a pas de souci à se faire opérer de la colonne vertébrale. Actuellement, l’hospitalisation se fait en deux jours. Après la chirurgie, le personnel hospitalier procède à l’extraction de la sonde urinaire et le kinésithérapeute aide pour les premières marches. Avec les bonnes précautions comme le fait de ne pas se déplacer seul et de ménager le dos, il est possible de guérir en un mois.

Remédier à l’incontinence après l’hernie discale

Il arrive que certains patients souffrent par la suite d’une incontinence urinaire ou fécale. Cela s’explique par l’irritation qui persiste au niveau des racines des nerfs. Ces nerfs sont ceux qui innervent les muscles pelviens, dont le sphincter urétral. Les troubles vésicaux sphinctériens secondaires en lien avec une hernie discale peuvent donc durer chez les personnes opérées, mais une fois l’inflammation passée, tout revient normalement dans l’ordre. En cas de doute sur la tonicité du sphincter, l’électrostimulation par un kinésithérapeute est recommandée. Comme d’autres atteintes s’associent souvent pour entrainer une instabilité de la vessie, un examen urodynamique peut devenir nécessaire pour déterminer la cause et l’impact de l’incontinence, mais surtout pour trouver le bon traitement.