Close

Faire du cheval après une chirurgie TOT – trans-obturator tape

Faire du cheval après une chirurgie TOT – trans-obturator tape

Si vous êtes de ces féru(e)s déquitation, vous allez certainement vous demander quand reprendre le trot ou le galop après une chirurgie TOT. Selon les médecins, une attente de 12 semaines est raisonnable pour bien laisser cicatriser la région incisée.

L’impact de la chirurgie TOT ou Trans-obturator tape

La chirurgie TOT ou Trans-obturator tape est un traitement pour l’incontinence d’effort. Elle implique une incision à travers le vagin et sur les plis des cuisses pour atteindre la région sous-urétrale. L’intervention est efficace car pour 90% des femmes qui en ont bénéficié, les symptômes de fuites urinaires ont disparu. Elle est aussi bien tolérée car peu de complications se posent lorsque la procédure est bien menée. Cependant, comme tout acte chirurgical, elle requiert une période de convalescence pour permettre aux différentes couches musculaires de cicatriser normalement. Il faut aussi avant tout s’assurer que la bandelette synthétique qui a été placée sous l’urètre comme soutien de la structure remplisse bien ses fonctions.

Comment recommencer à monter à cheval ?

Monter à cheval procure du plaisir pour bon nombre de gens. Toutefois, ce sport n’est pas dénué de risques. Ne vous précipitez pas à aller en selle dès les premières semaines qui suivent votre opération. Vous avez eu une incision dans une zone délicate. Et pourtant, même si vous faites du cheval en étant en bonne santé, le risque de chute est inévitable. La gestion de l’équilibre n’est pas si simple surtout que l’animal a déjà lui-même à ménager son équilibre. Il est prudent de commencer avec des exercices de flexion des genoux et des chevilles, des exercices de raffermissement du périnée et de la marche. Poursuivez ensuite par du trot sur des sentiers tranquilles en évitant tout ce qui pourrait perturber votre cheval.

Les particularités de l’équitation après une chirurgie TOT

L’activité facilite la guérison. Toutefois, la pratique intensive ne doit pas être votre objectif principal après une chirurgie pelvienne. Si elle est bénéfique sur le dos, l’équitation est très exigeante sur les membres inférieurs et le périnée surtout lors des poussées et des tractions. Le monteur doit souvent fléchir ses genoux pour amortir le mouvement lorsque le cheval trotte ou galope. Le muscle quadriceps de la cuisse contrôle cette flexion. Les articulations et les tendons sont aussi très sollicités. La crampe et la fatigue sont prévisibles.

Les précautions à prendre pour la cavalière

La pratique de l’équitation en elle-même favorise l’incontinence urinaire d’effort. Il est important de donner du temps au corps pour qu’il se cicatrise avant de se lancer dans les compétitions. Au fur et à mesure que l’âge avance, il est préférable de pratiquer uniquement l’équitation de loisir. Ne manquez pas l’équipement protecteur pour réduire au mieux les blessures. Par exemple, un casque est préférable à la bombe. Même si l’effort cardio-vasculaire est moindre au cours de l’équitation de loisir, n’oubliez pas l’hydratation. Dès que le trajet est plus long, pensez à boire de l’eau additionnée de sucre ou de miel. Si vous restez en selle pendant plus de 3 heures, munissez-vous de barres énergétiques pour pallier au besoin en sucres lents.