Close

Solifenacine

Solifenacine

La solifénacine est un des multiples traitements médicamenteux de l’incontinence urinaire chez les personnes âgées. De la classe des antispasmodiques, cet anticholinergique est présent sur le marché depuis plus de 10 ans.

Qu’est-ce que la solifenacine ?

La solifenacine est un anticholinergique. Il s’agit d’une molécule antagoniste des récepteurs cholinergiques. Cela signifie qu’elle se place avant l’acétylcholine sur ces récepteurs pour empêcher les effets de celle-ci qui sont de contracter le muscle vésical, le détrusor. Les récepteurs concernés sont les récepteurs muscariniques du sous-type M3. Le produit fait partie de la classe thérapeutique des antispasmodiques urinaires car elle diminue les spasmes musculaires. La spécialité de référence contenant la molécule est représentée par le médicament Vesicare des laboratoires Astellas Pharma commercialisée depuis août 2004.

Quand prendre et ne pas prendre de la solifenacine ?

La solifenacine peut vous être prescrite si votre médecin estime que vous avez une instabilité vésicale expliquant votre incontinence urinaire. Le muscle de la vessie se contracte sous l’effet d’influx anarchiques et entraine dans ce cas une envie pressante d’uriner même si le contenant vésical n’est pas plein. La solifenacine contribue à diminuer la fréquence des envies et l’intensité d’impériosité. Il vaut mieux ne pas en prendre en cas d’allergie, en cas de rétention d’urines, de mégacolon, d’une insuffisance rénale ou hépatique et de glaucome. D’ailleurs, ce traitement doit se faire uniquement suite à une prescription.

Comment prendre la solifenacine ?

Vesicare, le médicament contenant de la solifenacine, est présenté en comprimés roses dosés à 5 et 10 mg, conditionnés en boites de 30. La posologie initiale pour les adultes et les seniors est de 5 mg, c’est-à-dire d’un comprimé par jour. Si l’insuffisance rénale est modérée, le traitement peut être poursuivi avec une bonne surveillance clinique et biologique. Vous n’avez pas besoin d’attendre les heures de repas pour avaler le comprimé. Il suffit de l’absorber tel quel avec une boisson.

Les effets indésirables du traitement

Comme toute substance anticholinergique, la solifénacine peut être responsable de symptômes variables dont l’intensité est modulée par la dose. Les présentations actuelles peuvent provoquer de la sècheresse au niveau de la cavité buccale et des yeux. D’autres signes comme la nausée, la constipation ou la douleur abdominale peuvent vous interpeller et justifier une consultation auprès du médecin prescripteur. En cas de confusion ou d’hallucination, il faut arrêter le traitement tout de suite et vous renseigner sur d’autres alternatives auprès de votre praticien.

Les précautions à prendre

Les effets de la solifénacine chez les enfants n’ont pas encore été étudiés. Il vaut donc mieux ne pas leur en administrer. En cas de prise d’autres médicaments pouvant interagir avec la solifénacine (comme l’itraconazole ou le ritonavir), la dose maximale par jour sera maintenue à 5 mg. L’existence d’autres maladies pouvant causer une augmentation de la fréquence des mictions, comme les maladies rénales ou cardiaques, doit mener à une prudence avant toute instauration du traitement. Enfin, chez les personnes ayant des problèmes d’intolérance au lactose par déficit en lactase, il est prudent de ne pas prendre de solifénacine.